Nourri de formations en design et en arts vivants, les travaux de Paul Vivien associent technique et intuition, science et onirisme. Ses œuvres font l’objet de questionnements sur l’environnement, naturel comme artificiel, dans lequel notre espèce évolue.

Son travail imagine le moment où l’intelligence artificielle ne sera plus dépendante de l’humain et aura sa propre vie. Quel sera son aspect et son comportement en tant que nouvelle espèce dans l’environnement, dans l’arbre de l’évolution ?
Pourra t-on l’appeler espèce vivante, même si elle issue de matières synthétiques, à partir du moment où elle est autonome et capable de se reproduire. ?
Sera-t-elle intelligente et égoïste comme l’humain ou sauvage et en symbiose comme le reste de son environnement ?

La vision que Paul Vivien cherche à communiquer dans son art est utopique, il y imagine des espèces numériques sauvages intégrées à la nature, utilisant leurs capacités de calcul davantage pour aider les autres espèces que pour les exploiter.
Une conscience à la sagesse et aux connaissances tellement développées qu’elle ne peut que vouloir le bien.

Occasionnellement intervenant dans les écoles d’arts parisiennes comme EPSAA, ECV ou ENSAAMA, Paul Vivien est aussi membre actif de l’association OYÉ visual art label qui accompagne des projets d’arts numériques dans leur développement.

Il a récemment pu présenter ses installations, spectacles et conférences au Prix Pulsar à Station F, Arch 402 Gallery à Londres, Technarte Bilbao ou encore à Art Brussels.
Paul Vivien tourne actuellement les spectacles « Hands » mêlant danse et vidéo, et « Aurora » imaginant la vie d’une aurore boréale synthétique.

Il prépare en résidence pour le printemps sa prochaine performance « DJ or VJ ? » transformant une platine vinyle en lecteur vidéo analogique.

performance
AR LUMEN
installation
TEAHUPOO